Créativité

Bibliographie Aide à l'éducation Bibliographie Aide aux apprentissages : Parents

Quand j’ai appris que ce livre était sorti, je me suis dit : « encore un énième livre d’art manuel » pour les enfants, je n’en ai pas besoin, j’en ai déjà douze mille ! ». Mais, étant passionnée par le sujet de la créativité et ayant eu l’occasion de le feuilleter à la médiathèque, j’ai dû me rendre à l’évidence : ce livre est différent des autres, dans le sens où il ne donne pas d’exemples de réalisations toutes pré-mâchées (d’ailleurs il n’y a aucune photo, ce qui peut paraître déroutant et même un peu frustrant), mais au contraire nous donne mille et une pistes de réflexions, d’idées, et ce dans de multiples domai-nes, afin de laisser parler notre créativité et celle de nos enfants. J’ai donc eu envie de partager ma lecture avec vous, notamment parce que j’ai trouvé que Marie Gervais tient un discours qui met en exergue le respect de l’enfant, de son inventivité et de sa curiosité, qui ne sont autres que les buts recherchés par l’IEF.

L’auteur ponctue son ouvrage de multiples citations très intéressantes, et je n’en citerai que deux :

« Eduquer, c’est susciter l’intelligence, les forces créatives d’un enfant tout en lui donnant ses propres limites pour qu’il se sente libre de penser, de sentir et de juger autrement que nous-mêmes, tout en nous aimant. » (Françoise Dolto)

« Encourager la créativité de son enfant, c’est lui dire : « il n’y a jamais eu, et il n’y aura jamais plus une personne comme toi sur la Terre. Vas-y, ose être toi-même, invente ta vie à chaque instant, imagine tes possibles et réalise-les. » (Philippe Brasseur )

Quel vaste challenge ! Quand je lis ces deux cita-tions, je ne peux m’empêcher de penser : « Oh mais quelle chance que mes enfants soient en IEF ! Au moins je peux tenter de m’approcher de ce but !» Car l’auteur confirme ce que je pense dans son introduction : quand elle cite les obstacles à la créativité de l’enfant (qui est pourtant un homo creativus !), elle pense à la société, à l’éducation trop standardisée, et à l’école, rien de moins ! Elle critique les emplois du temps trop chargés qui tuent la rêverie et l’inventivité, fustige le « trop » d’écrans, les positions statiques imposées à l’école.

Elle propose aux parents d’adopter une attitude positive englobante faite d’acceptation de l’enfant tel qu’il est, d’un climat favorisant le questionnement et l’inventivité et surtout elle nous suggère de montrer l’exemple ! Soyons créatifs nous-mêmes et notre enfant le sera ! D’ailleurs, à ce propos, Marie Gervais nous encourage à utiliser notre créativité d’adultes en récupérant, recyclant des vieux maté-riaux, des bouts de laine, des tissus, des bou-chons… afin de proposer à nos enfants autre chose que des kits créatifs tout prêts du commerce. De ce point de vue, le livre est une mine d’astuces fort simples à mettre en œuvre pour la plupart (fabriquer des tampons encreurs, son propre sable coloré, ses marionnettes, un flipper, des petits meubles pour la dînette, un chevalet de table, etc.).

L’auteur aborde chapitre par chapitre tous les domaines de la créativité. On voit qu’elle a étudié et compris les grands courants de pédagogie et c’est intéressant finalement de comprendre qu’on peut « piocher » autant d’éléments intéressants selon notre sensibilité, notre vie quotidienne et nos choix.

Ainsi, à l’instar de Maria Montessori, elle propose de créer un environnement créatif adapté et favorable à l’enfant, que ce soit mettre le matériel à portée de main, ou stocker et exposer les œuvres.

Dans le chapitre sur les activités manuelles artistiques, Marie Gervais fait une distinction iné-vitable entre liberté et guide, s’appuyant pour cela sur la démarche d’Arno Stern (le père d’André Stern, auteur de Et je ne suis jamais allé à l’école, éditions Actes Sud) dans son atelier du Clos-lieu. L'auteur écrit en effet : "accompagnons nos enfants, avec bienveillance et souplesse, dans la découverte de ce dont ils ont besoin pour s'exprimer." Elle insiste sur les conditions (endroit non salissant ou protégé pour la peinture ou activités avec l'eau par exemple) et les limites que nous devons mettre en place (si on est fatigué ou pas prêt à nettoyer, peut- être faut-il s'abstenir) afin de "créer les conditions propices à la création, sans devoir gronder, rappeler à l'ordre et donc gâcher ce qui devrait être un bon moment." Que celui ou celle à qui un tel moment n'est pas arrivé me fasse signe! Sans oublier nos propres a priori, tensions et habitudes. L'auteur po- se de bonnes questions aux-quelles nous pouvons réfléchir : "doit-on proposer un thème ? Doit-on intervenir quand la séance devient gribouillage ? Doit-on montrer comment dessiner ?"

L'auteur préconise le moins d'intervention possible et nous propose de mémoriser ces 3 règles :

  • 1- c'est l'enfant qui décide quand il a fini.
  • 2- c'est lui qui décide ce qu'il veut dessiner/créer.
  • 3- c'est lui qui décide comment il va le dessiner/créer.

Sans oublier que les moments de créativité peuvent être de bons moments de partage, d'échange, de découverte. A nous de doser le trop ou le pas assez de "guide". Simple non ?!

Elle donne plein d’idées et de recettes pour le dessin, la peinture, le collage, le découpage, lemodelage, du bricolage avec tissus, de la laine, du sable… c’est très complet. Exemples : dessiner dehors sur un grand format (papier kraft ou nappe en papier). Peindre tout nu, avec les mains et les pieds sur un support ou sur le corps. Les enfants adorent, et pas que les petits !

Idée de décoration façon mosaïque : "Faites couler un mélange eau-plâtre dans un moule en argile. Lorsque le plâtre commence à prendre, proposer aux enfants de le décorer en enfonçant légèrement des petits éléments, à la façon d'une mosaïque : billes, pierres colorées, boutons, lettres... N'oubliez pas de planter une paille dans le haut du moule pour pouvoir le suspendre ensuite. Ma propre adaptation de cette idée : prendre des couvercles de boîte en plastique, y verser de la colle blanche ou transparente et y déposer doucement des perles brillantes, des pierres colorées. Attendre que cela sèche, démouler délicatement et cela donne un magnifique "sun catcher" à placer devant une fenêtre.

Tableau à fil : planter des clous dans un morceau de bois ou de liège. Faire un noeud au brin de laine sur le premier clou, puis enrouler autour des clous, en serrant un peu, jusqu'à la fin... Variante : tableau à fil avec des punaises (photo d’un tableau avec fil et punaise par Eliot en 4ème de couverture, CSN 50).

Vient ensuite un chapitre sur le jeu, véritable travail des enfants. Marie Gervais aborde inévi-tablement la pédagogie Steiner qui prône dans ce domaine de revenir à l’essentiel et aux matériaux bruts et naturels, loin du marketing et des jouets en plastique du supermarché. L’auteur détaille l’impor-tance du jeu libre, le jeu à règles, en famille ou seul. Elle donne de nombreuses pistes pour fabriquer soi-même des jouets pour nos enfants.

Suit un chapitre sur la lecture et le fait de raconter des histoires, de l’importance de la lecture à voix haute, mais bon, quand on pratique l’IEF, on n’a pas vraiment besoin d’être guidé dans ce domaine !

Elle propose des histoires à écouter, d’inventer des histoires drôles, tristes, abracadabrantes voire d’offrir à son enfant son propre cahier d’histoires. Il y a pour cela une mine d’idées dans le livre de Gianni Rodari, Grammaire de l’imagination.

J’ai retenu cette phrase : « nous devrions nous po- ser chaque semaine la question : « depuis combien de temps n’avons-nous pas ri ensemble ? » Alors fabulons ensemble !

La créativité, c’est aussi :

  • - la musique, du chant et de la danse avec des idées de fabrications d’instruments ;
  • - le théâtre (fabrication de marionnettes) :
  • - le bricolage, avec des outils de « grand » développer son esprit par les sciences (cf. le site « la main à la pâte ») ;
  • - faire la cuisine :
  • - visiter, voyager et fabriquer des souvenirs.

Enfin, l’auteur consacre un grand chapitre sur la créativité dans et par la nature :

  • - le jardinage (quoi planter, voir pousser, récolter des graines) ;
  • - jouer dans la nature ;
  • - créer (land art) ;
  • - découvrir la faune et la flore (fabrication d’un herbier, faire des chasses au trésor).

Les activités pratiques sont, pour la plupart, très simples à réaliser. L’auteur nous fait part tout au long du livre de son expérience de maman, c’est peut-être ce que j’ai le moins aimé. Les activités de création plus difficiles sont identi-fiées par un logo menant au blog de l'auteur présentant les vidéos associées:

(http://education-creative.com/blog/ qui contient aussi des extraits de ses lectures, des activités qu'elle pratique avec ses enfants, des théories sur l’éducation, sur l’école, des idées de jeux et de découverte).

En conclusion, l’auteur rappelle les habitudes qui tuent la créativité :

  • - une surveillance constante des parents ;
  • - (trop de) télévision ;
  • - trop de jeux vidéos;
  • - l’absence de moments « vides », « off » ;
  • - le trop- plein d’activités, un rythme quotidien trop soutenu.

Au-delà des activités, Marie Gervais propose aux parents un véritable "lâcher prise" pour une attention plus présente et une réelle écoute de leur enfant à travers une pleine ouverture à sa créativité par des réalisations concrètes. C’est ce ton naturellement confiant et bienveillant envers le parent et l’enfant qui m’a conquise car c’est exacte-ment le propos de l’IEF : accompagner son enfant avec bienveillance et confiance dans tous les domaines, y compris celui de la créativité.

Claire