Et la socialisation ?

En pratiquant l'instruction à la maison, vous entendrez très souvent des questions sur la socialisation…

Quand vous passerez le contrôle pédagogique, votre inspecteur vous fera certainement des remarques sur la socialisation de vos enfants, même si vous venez de les sortir de l'institution. Que faut-il en penser ?

Savez-vous que la socialisation n'est ni un concept de la psychologie, ni une théorie de la pédagogie. Même les théoriciens actuels de l'intelligence sociale n'en parlent pas, car ils s'intéressent à la sociabilité, capacité d'avoir des relations souples avec différentes personnes dans différents contextes.
Or il ne faut pas confondre la sociabilité et la socialisation !

La socialisation, prônée par l'Education Nationale, n'a rien à voir ni avec l'éducation ni même avec l'instruction : elle n'est pas un besoin psychologique, ni pédagogique. Elle est simplement une idéologie qui vise à rendre tous nos enfants pareils ! La socialisation est un NON massif à l'individu, à l'originalité, aux parcours atypiques, aux idées nouvelles.... Et c'est à l'antipode de relations sociales saines, fondées sur la reconnaissance et l'acceptation des différences !
La meilleure définition de la socialisation est fournie par les Inspecteurs d'Académie quand ils notent que nos enfants scolarisés à la maison manquent de socialisation, c'est-à-dire qu'ils ne connaissent pas le bonheur et l'obligation d'apprendre dans une classe de 30 élèves, 200 jours par an !

Manquer de socialisation est donc uniquement défini par le fait de ne pas aller à l'école ! N'est-il pas évident que l'école institutionnelle conclut un peu vite à un besoin affectif et naturel de l'enfant, quand il ne s'agit que d'une contrainte imposée par l'organisation et les finances de la collectivité ?

Concrètement, les a priori sur le manque de socialisation des enfants scolarisés à la maison sont battus en brèche par l’expérience vécue : les quelques trois cents enfants de notre association ne vivent aucunement en vase clos et participent à de nombreuses activités extérieures pour lesquelles ils sont assidus, et surtout, participent à la vie de la famille à travers la société et sont ainsi en relation avec des personnes de tous âges et de toutes conditions.

Lorsqu'ils retournent à l'école, la très grande majorité des familles témoignent que leurs enfants sont appréciés par leurs professeurs, les trouvant ouverts à tout et faisant parfois état de la maturité de leurs comportements. Ils adhèrent volontiers à l'esprit de groupe, mais en gardant un esprit critique, et semblent savoir se défendre si nécessaire.

Nos enfants sont donc parfaitement préparés à se faire apprécier par le monde des adultes au sein duquel ils devront faire leur place un jour.

A lire à ce sujet :
Vers une école totalitaire ? L'enfance massifiée à l'école et dans la société, Lilianne Lurçat, François-Xavier de Guibert Editeur.